< Retour au blog

5 choses à retenir de notre What’s UP Creativity

It’s all about creativity! Le 13 juin dernier, nous avons organisé l’événement What’s UP Creativity : une matinée bourrée d’inspiration, menée tambour battant par des orateurs qui ont plongé leur public dans des récits passionnants sur le contenu créatif. Les 5 choses que nous retenons de cette session ? Découvrez-les ici ! 

1. Jouez sur le subconscient de votre consommateur

paul smit

« Pour commencer, j’aime tester à quel point mon public est intelligent. » C’est avec ces mots que le philosophe et chansonnier Paul Smit a entamé sa présentation et – boum ! – toute le monde était réveillé. À l’aide de petites énigmes et illusions intelligentes, il a exposé comment fonctionne notre cerveau et comment celui-ci détermine notre comportement. Dans une société où the sky is the limit, nous sommes persuadés que nous agissons de notre plein gré. Rien n’est moins vrai. Le cerveau suit tout simplement son petit bonhomme de chemin. « Notre subconscient comprend 11 millions de bits, soit plus qu’un laptop. Nos pensées conscientes, par contre, n’occupent que 60 bits. Pas vraiment beaucoup donc… » En tant que marketeur, il vaut dès lors mieux jouer sur le subconscient. Et ne rendez pas les choses trop complexes. « Racontez des histoires surprenantes, émotionnelles. Vous convaincrez ainsi vos consommateurs d’opter pour votre produit », a dit Paul à ce sujet. Comment alors imaginer ce genre de récits créatifs ? « Surtout pas en se creusant les méninges ; les meilleures idées coulent de source. »

2. Prenons le café et réalisons nos rêves ensemble !

Tijl Sacré

Créer des récits pour toucher le consommateur, voilà de quoi il retourne chez nous, jour après jour. Tant dans nos médias et sur nos plateformes qu’au sein de notre équipe créative. Quel rôle les marques jouent-elles dans ce contexte ? « Elles doivent disposer d’un récit et s’en servir pour toucher le consommateur au bon moment », dit Tijl Sacré, Creative & Communication Director Advertising chez DPG Media. C’est comme ça qu’on amène les gens à opter pour sa marque dans une surabondance d’options. Comment s’y prendre ? Venez discuter avec nous ! Vraiment, car nous avons adapté toute notre structure pour vous accompagner au mieux dans votre marketing de contenu. D’idées créatives à une excellente exécution : nos spécialistes veillent à ce que le résultat final devienne la chronique d’un succès annoncé. ‘Full funnel’, vous voyez ?... Vous prendrez bien une petite tasse de café bien serré ?

3. Travailler avec des influenceurs ? Optez pour une audience pertinente et un engagement sincère

Ludovic Lenaerts

Ludovic Lenaerts, Head of Influencer Marketing chez DPG Media Advertising, avait quelques questions à l’attention de son public. Avaient-ils déjà entendu parler du marketing d’influence ? Une forêt de mains levées. Qui avait déjà collaboré avec des influenceurs ? Là, pas mal de mains retombaient. L’heure était venue pour Ludovic de gagner l’auditoire à sa cause. 40 % : c’est le nombre d’annonceurs qui, d’après une étude de la BAM, a fait appel à des influenceurs cette année déjà. « Aucune autre forme de marketing ne vous offre une telle interaction importante avec votre consommateur », dixit Ludovic. Inutile de nier l’évidence : le marketing d’influence is here to stay  et il est donc plus qu’indiqué de bien s’y prendre. Comment nous, l’abordons-nous ? En vous guidant avec notre nouveau département de marketing d’influence. Mais qu’est-ce qui fait donc que, pour nous, une campagne d’influenceurs est réussie ? « Il y a quatre piliers », dit Ludovic. « La crédibilité, un storytelling de qualité, le focus sur les followers et, bien entendu, l’interpellation de la bonne cible. » Nous aidons à réfléchir à une campagne puissante au niveau stratégique et puisons dans une base de données propre de 350 influenceurs de qualité, dont nos personnalités bien connues. Last but not least, Ludovic a expliqué que nous ne collaborons qu’avec des influenceurs offrant une audience pertinente et un engagement sincère. Un de ces influenceurs est Sean Dhondt, un visage familier au sein de DPG Media. Il est dès lors brièvement monté sur le podium pour raconter comment il s’était découvert une âme d’influenceur et ce qu’il juge important : « Quand je collabore avec une marque, je veux pouvoir faire ça à long terme. » Bref, stick to one thing. 

4. Consumers love branded content, à condition qu’il soit bien – et clairement – étiqueté

Nora Vanderschrick

Nora Vanderschrick, Head of Native, Strategy & Creative chez DPG Media Advertising, a commencé par citer des chiffres éloquents : « 70 % des gens sont ouverts aux contenus via le contenu de marque ; une étude maison nous révèle même qu’il s’agit de 86 %. » Les gens acceptent le contenu de marque, qui est à leur goût tant qu’il s’agit de contenu de qualité clairement identifié. Bref, le bon message au bon moment auprès du bon public cible. 
Nora a largement pris le temps pour passer sous la loupe une série de cases percutants. Dove a présenté de vraies femmes dans un Real Nina. Center Parcs  a rebondi sur l’émission ‘Dat Belooft Voor Later’ : le présentateur, Staf Coppens, a piégé les enfants d’influenceurs dans les maisons de vacances familières, tout en envoyant aussi ces ménages en mission dans le parc. Enfin, Das h a estimé qu’il était grand temps de mettre fin aux répartitions de tâches classiques au sein du ménage et a lancé une campagne cross-média sous le hashtag #sharetheload. Ce qui frappe dans ces trois dossiers ? Tous trois sont cross-média, créatifs et peuvent se vanter d’un lien fort avec nos propres marques et programmes. 

Beaucoup de possibilités créatives ont été discutées dans la présentation de Nora, l'une d'entre elles étant le sponsoring TV. Curieux d'en savoir plus ? Téléchargez notre présentation ici.

5. It’s all about moments

Davy Parmentier

Selon ses propres dires, le directeur créatif de DPG Media, Davy Parmentier, a le plus chouette boulot au sein de l’entreprise : il peut décider de quels programmes passent en TV. Ce qui fait le succès d’un programme ? « Les moments forts dont on se souvient. » À l’aide d’extraits (et de previews), Davy a démontré qu’un contenu en béton comprend des moments qui vous réchauffent le cœur, vous émeuvent, font travailler vos zygomatiques, vous rivent à l’écran et vous connectent avec les gens autour de vous. De tels moments naissent parfois spontanément, mais on peut aussi les créer, dixit Davy. Ce qu’il cherche à faire en collaboration. Au travers de Beat VTM, par exemple : un programme flambant neuf annoncé pour bientôt et qui ne ressemble en rien à d’autres programmes diffusés précédemment sur notre chaîne. Votre curiosité est piquée ? Venez en discuter avec nous ! 

Envie de rester au parfum de nos événements ? Alors, souscrivez à notre newsletter, au bas de cette page.

Share this on