< Retour au blog

3 choses à faire absolument pour votre campagne data en 2020

Début 2020, Google a lâché une bombe longtemps attendue : dans deux ans, les third-party cookies ne seront plus supportés dans le navigateur Chrome. Désormais, plus personne ne peut nier le déclin du cookie. Conséquence ? Il deviendra de plus en plus difficile de toucher les propres clients. Cependant, pas de panique ! Nous vous dévoilons trois ‘must do’ : les trois chose à faire absolument si vous voulez mener une stratégie data réussie dans un environnement libre de cookies.

#1 Mettez-vous à l’œuvre avec le secure datamatching

Notre première réponse à l’absence de cookies est le secure datamatching. Ce terme désigne l’identification, l’appariement et l’assemblage de différents jeux de données, provenant par exemple d’autres base de données. De cette façon, vous reliez un maximum d’information à un même utilisateur. 

Via leurs systèmes de CRM, comme un système de caisse enregistreuse plein d’adresses et de numéros de téléphone, de nombreux annonceurs disposent d’un tas de données inexploitées en ce moment. Grâce au datamatching, vous pouvez coupler des comportements d’achat off-line provenant d’une base de données à des profils en ligne d’une autre base de données. Il devient ainsi possible d’interpeler des clients existants avec de la publicité en ligne fondée sur des données off-line. Bien sûr, avant de vous mettre à l’œuvre, vous devez vous assurer de la qualité de la data utilisée et tenir compte des préférences de l’utilisateur en matière de confidentialité. Lisez plus ici sur l’importance de données solides

En sachant qui sont vos clients, vous veillez à ce que le bon message parvienne jusqu’à la bonne personne. Vous cherchez à toucher de nouveaux consommateurs ? Alors, vous pouvez exclure vos clients actuels de la campagne pour éviter tout gaspillage d’impressions. Là aussi, le datamatching vient à point nommé. 

« Nous relevons une augmentation du nombre d’annonceurs souhaitant apparier et activer leurs données off-line. Pas seulement parce que cette data est de grande qualité, mais aussi parce qu’ils cherchent à en tirer des leçons pour un avenir sans cookies. »

Thomas Westerlinck, Senior Business Development Specialist Digital DPG Media

#2 Regardez plus loin que le seul bout de Facebook et Google

Qui pense cibles sur mesure, se tourne bien vite vers les grands acteurs de la data, comme Facebook et Google. Aujourd’hui, vous pouvez encore vous servir de leurs pixels, ce qui permet de suivre les visiteurs de sites Web à la trace et de mesurer l’efficacité d’une campagne. Hélas, le pixel dépend d’un cookie. Il est donc temps d’étudier quelques alternatives. Vous pouvez également télécharger une partie de votre fichier client et l’apparier avec les utilisateurs Facebook et Google, par exemple via l’adresse e-mail, mais avez-vous déjà pensé à explorer d’autres options ?

Lorsqu’il s’agit de données first party, DPG Media dispose de la plus grande grille tarifaire de données sur le marché belge de l’édition. En outre, 25 % de nos campagnes digitales mensuelles se servent de data DPG Media. Ça n’est pas un hasard. 

Comme chez Facebook, nous sommes en mesure d’apparier la data en partant d’une adresse e-mail ou d’un numéro de téléphone. Nous détenons cette information grâce aux enregistrements et abonnements à nos produits. En outre, nous pouvons combiner l’adresse physique avec la date de naissance, le prénom et le nom. Comme notre pays n’est pas bien grand et DPG Media est un acteur local de taille, vous pouvez tabler sur un degré d’exactitude élevé. En Belgique, vous pouvez être sûr que deux Jan Janssens ne sont pas nés le 3 mars 1974. Comme ce genre de théorie ne vaut pas pour chaque pays, cette option n’est pas toujours disponible sur les plateformes internationales. Cette différence, on la sent. Car toutes ces méthodes nous permettent de toucher pas moins de 2,5 millions d’adresses, dont 1 million que Facebook n’arrive pas à tracer.

Prenez une institution bancaire. Ce type d’organisation dispose généralement d’un tas de données en ligne, qui sont toutefois bel et bien rattachées à des cookies. Comprenez donc que bientôt, ces données seront inutilisables. Fort heureusement, les banques disposent souvent d’un nombre énorme d’adresses physiques de leurs clients, nécessaires à l’ouverture de comptes. En vue de demain, il devient intéressant d’apparier ces données client avec les profils en ligne de DPG Media si l’on veut toucher des cibles spécifiques, telles que les banquiers privés ou les entrepreneurs. 

#3 Utilisez des audiences lookalike

En vous adonnant au datamatching, vous apprendrez à bien connaître vos clients. Cela peut aussi vous aider à détecter vos futurs clients. Comment ? En partant des données existantes, il vous est possible d’identifier vos clients les plus importants. Donc pas ceux qui un beau jour achètent un pain garni dans votre sandwicherie, mais les férus du petit déj’ qui, chaque jour, font la file pour s’offrir une couque au chocolat. Partagez ces résultats avec nous et notre équipe dédiée se mettra volontiers à l’œuvre pour vous !

Nous créons une nouvelle cible, appelée audience lookalike. Ce public est constitué de gens qui partagent certaines caractéristiques propres au gratin de vos clients actuels et qui ont donc eux-mêmes le potentiel de devenir d’importants clients. Votre fichier client s’élargira de la façon la plus optimale. 

 

« Comme nous disposons de nos propres modèles de données, nous sommes en mesure de construire des audiences cibles lookalike avec énormément de précision. Comparées au groupe cible d’origine de l’annonceur, celles-ci sont plus performantes de 40 %. »

Thomas Westerlinck, Senior Business Development Specialist Digital DPG Media

Envie d’en savoir plus sur les possibilités du secure datamatching ? Prenez contact sans engagement avec nos experts en Digital Sales et ils se feront un plaisir de vous aider davantage.

 

Share this on